Blogue de la fondation Vieillissement sain

Le Canada est-il en mesure de répondre aux besoins de sa population vieillissante?

En 2026, plus de 20 pour cent (anglais) de la population sera âgée de 65 ans et plus, et elle sera majoritairement constituée de femmes. Notre population vieillit. Or, les soins spécialisés sont limités : le Canada ne compte que 304 gériatres.
Étant donné la désadéquation qui existe entre le nombre de gériatres et de personnes âgées, de nouveaux modèles de soins sont proposés pour élargir la portée des médecins spécialistes.

Certains sont d’avis qu’il faudrait que tous les professionnels de la santé s’occupent des personnes âgées, plutôt que de chercher à recruter un plus grand nombre de gériatres. Les médecins de première ligne peuvent notamment suivre une formation en soins des aînés afin d’acquérir des compétences dans ce domaine. La recherche constitue également une autre avenue.

L’American Geriatrics Society propose une démarche en quatre volets (anglais) pour corriger la situation, à savoir : plus de médecins spécialisés en gériatrie, plus de formation gériatrique pour l’ensemble de la population active, plus d’information en santé publique pour habiliter les aînés et les fournisseurs de soins, ainsi que plus de politiques en matière de santé sur lesquelles nous pourrons compter dans nos vieux jours.

Dans le domaine des soins gériatriques, il est important de comprendre le fossé qui existe entre l’offre et la demande. Il faut rehausser le profil de l’enjeu afin de pouvoir amorcer les discussions et planifier des modèles de soins adéquats en vue d’optimiser la santé et le bien-être de notre population.

Le présent article est publié avec l’autorisation de Dre Paula Rochon et Dr Nathan Stall.
Paula Rochon est gériatre, vice-présidente de la recherche au Women’s College Hospital et titulaire de la chaire RTOERO en médecine gériatrique à l’Université de Toronto.

Nathan Stall est gériatre et chercheur attaché à l’Université de Toronto et au Women’s College Research Institute